Les possibilités offertes par le drone ouvrent la voie aux innovations.


Petit, fragile, mais très utile !

Vous connaissez sûrement le drone, comment passer à côté de ce petit engin volant qui envahit les étals de nos magasins high-tech et qui plane au-dessus de nos têtes ? Alors qu'il était auparavant impossible d'imaginer prendre de la hauteur aussi facilement, le drone ouvre le champ des possibles en termes de mobilité aérienne. Diverses entreprises ont saisi ce filon et comptent bien profiter du drone pour améliorer leurs services. Un reportage en profondeur, dans les arcanes du business autour de cette petite bête volante.

À l'origine, un outil de prises de vues


À l'origine, le drone ressemble à un jouet, ce n'est ni plus ni moins qu'un bête hélicoptère télécommandé, comme il pouvait en exister par le passé. Mais ce qui a démocratisé l'usage du drone tel que nous le connaissons aujourd'hui c'est bien la prise de vue aérienne, qu'il s'agisse de capturer des photos ou des vidéos. Le drone est donc devenu très vite un outil prisé des photographes, vidéastes, au début amateurs puis professionnels. C'est également une très bonne solution pour l'inspection et la photogrammétrie par drone (pour obtenir un rendu scanné en 3D).



Des capteurs puissants pour un concentré de technologie

Les chefs opérateurs pour le cinéma en ont même fait un outil extrêmement professionnel qui permet un gain d'argent non négligeable. En effet, avant le drone moderne, pour effectuer un plan aérien (les fameux plans hollywoodiens) il fallait louer un hélicoptère, avec tout ce que cela impliquait en matière de coût, de pilote, de carburant, d'autorisations, de sécurité etc. Avec le drone, c'est beaucoup plus simple, il suffit d'un opérateur au sol. Il faut d'ailleurs préciser que l'usage du drone n'est pas exempt d'autorisations (décernées par la Direction Générale de l'aviation civile, aussi appelée DGAC). Mais dans la plupart des cas, les photographes et vidéastes s'en passent car ils officient souvent dans des lieux naturels inhabités (ils opèrent donc dans l'illégalité mais sans grand risque pour autrui en termes de sécurité). La prise de vue aérienne par drone est une excellente solution pour des plans réussis.

Cette problématique de l'hélicoptère était la même pour de nombreux métiers qui avaient besoin de prendre de la hauteur, les coûts étaient prohibitifs et cela devenait donc un luxe. Le drone permet maintenant aux bourses les plus petites de s'envoler à moindres frais ! Les marques comme parrot ou DJI ont permis l'expansion de ce type de drone avec caméra intégrée (certains modèles sans caméra sont compatibles avec les gropro, très populaires pour les vidéos d'action et de sport). L'évolution de la qualité de prise de vue, avec des résolutions en 4K voire 8K de nos jours, est totalement suivie par le marché du drone photo vidéo, qui s'adapte très bien à sa cible et à leurs demandes.

Des usages variés, de la livraison à la surveillance par drone


Mais le drone et sa facilité à s'envoler si haut dans le ciel pour prendre de belles images a aiguisé la curiosité d'entreprises très variées pour des usages résolument différents de ce petit engin bourré de technologie. La grande "bonne idée" du moment revient aux services postaux (dans le monde entier, y compris en France) qui ont utilisé le drone pour procéder à des livraisons, en particulier dans des secteurs compliqués d'accès. On peut penser à des zones montagneuses ou escarpées, dans lesquelles le terme "à vol d'oiseau" est bien plus pertinent pour décrire une distance à parcourir plutôt qu'avec un véhicule au sol qui perd des heures dans de longues routes en lacet. Cet usage a bien prouvé son utilité, malgré quelques ratés, comme dans toutes les innovations.


Un drone survolant une zone montagneuse

Moins bienveillantes, certaines entreprises mettent à profit les capacités du drone pour effectuer des missions de surveillance. Cette technique est même utilisée par les forces de police qui l'utilisent parfois pour survoler des manifestations ou autres zones sensibles. Cet usage peut être pertinent, et les voyous l'ont aussi bien compris lorsqu'il s'agit de survoler les prisons pour effectuer des repérages ou jets de "paquets". Le manque de discrétion du drone n'en fait en tout cas pour l'instant pas un partenaire incontournable dans le domaine de la sécurité. Le jour ou il sera aussi silencieux qu'un oiseau, cela changera peut-être !



L'aigle veut rester le roi du ciel !

En parlant d'oiseaux, une technique utilisée par les forces de sécurité pour se protéger des drones malveillants repose sur... des aigles ! Et oui, qui de mieux qualifié pour rester maître des airs qu'un aigle royal ? Ces rapaces sont dressés pour attraper les drones dans leurs serres, ce qui a pour conséquence de déséquilibrer le drone et de l'envoyer s'écraser au sol. Plutôt efficace ! Nous parlons ici du drone "petit modèle" bien sûr, nous n'évoquons pas les drones militaires qui n'ont de commun avec notre drone que le nom.

Le drone sert même à... nettoyer !


Pour conclure cet article, nous devions trouver une utilisation assez cocasse du drone. Vous ne le saviez peut-être pas mais il est possible d'utiliser un drone pour nettoyer votre maison. Qu'il s'agisse d'un nettoyage de toiture ou façade, le drone vous évite de devoir déployer un échafaudage. La technique est simple : le drone est associé à une pompe qui projette un liquide nettoyant sous pression. Le nettoyage par drone est très pratique pour nettoyer des panneaux solaires par exemple. Vous évitez ainsi de devoir grimper sur votre toiture et vos tuiles (avec tous les risques que cela comporte). Le gain économique n'est pas négligeable puisque vous économisez la location d'un échafaudage, d'un ouvrier spécialisé et surtout la main-d'œuvre est moins longue, donc moins chère. Votre toiture est nettoyée par le drone en une matinée seulement. Encore une idée novatrice qui a pu voir le jour grâce aux avancées technologiques permises par le drone.


Retrouvez-nous chaque semaine pour un nouvel article sur Éco Magazine.

S'abonner à notre newsletter

© Éco Magazine - la fabrique de l'économie